Coquelicots rouges contre Qassam rouges

Publié le par Arié

 

undefinedLa couleur rouge à Sdérot, et dans ses environs est synonyme d’angoisse. En effet elle annonce l’arrivée des Qassam, sous la forme d’une sirène coquelicots.jpgqui retentit quelques secondes avant qu’une roquette ne s’abatte, laissant vraiment peu de temps aux habitants pour se rendre aux abris, quand ils en possèdent un.
 

Je vous ai traduit en son temps le poème de mon neveu, alors âgé de 7 ans, qui habite dans un moshav à proximité de Sderot, et qui a peur des Qassam. Mon neveu qui est aujourd’hui en Kitta Beth, soit l’équivalent du CE2, est parti hier en excursion avec toute son école découvrir les coquelicots qui fleurissent en cette saison dans les champs du Haut Néguev. Cette expédition porte le nom de  DAROM ADOM, qui signifie SUD ROUGE, pour tenter de faire oublier aux gosses l’horrible sirène qui annonce les Qassam et qui porte le doux nom de TSEVA ADOM, soit COULEUR ROUGE. Rouge comme le sang répandu par les Qassam, mais rouge aussi comme les coquelicots qui se moquent des Qassam, et dont la seule fonction est de réjouir les sens de ceux qui les regardent.

 

Une autre réjouissance a mis du baume au cœur aux habitants de Sderot : c’est la visite massive d’Israéliens, venus des quatre coins du pays, pour faire leurs courses à Sderot.  Il n’y a qu’en Israël qu’on peut assister à ce genre de solidarité. Parce que le rouge est aussi la couleur du  coeur-rouge-copie-1.jpg     

Publié dans Les Israéliens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article