Joseph , le premier économiste de l'Histoire moderne

Publié le par Arié



Partis de Canaan au nombre de 70, à la suite d'une famine épouvantable , Jacob, ses fils et ses brus, émigrent en Egypte où Joseph, le fils prodigue, fut assez malin pour constituer un stock de vivres suffisant pour permettre aux Egyptiens et aux Cananéens de supporter les années de famine.


En l'an 2238 après la création du monde, soit 3530 années avant ce jour, Joseph fait venir sa petite famille et l'installe confortablement dans la région de Goshen en Egypte.

Jusque là rien que de très banal; le fils qui a émigré en premier dans l' Amerique de l'époque, pense aux siens, se préoccupe de leur bien-être, et les fait venir dans le pays, où il a acquis une bonne situation.

Et c'est effectivement ce qui se produit: une atroce famine sévit dans tout le Proche-Orient mais la famille de Joseph, devenu vice roi d'Egypte, ne manquera de rien.

Le génie de Joseph n'est pas tant d'avoir interprété les rêves de Pharaon mais d'avoir proposé et exécuté une politique économique audacieuse, qui fait de lui le premier grand économiste et Ministre des finances de l'Histoire.

Rappelons les faits: le Pharaon fait un rêve que vous connaissez bien: sept vaches grasses et sept épis de blés en bonne santé sont avalés par leurs parfait contraire; à savoir sept vaches squelettiques et sept épis de blés rachitiques. Rien extraordinaire à ce rêve, si ce n'est qu'il perturbe énormément Pharaon.

La première question qui vient à l'esprit, c'est pourquoi ce rêve le dérange au point de faire venir tous les magiciens et devins du royaume pour l' interpréter ? Parce que Pharaon pressent confusément que ce rêve est capital et possède une portée nationale et non personnelle. Le pharaon est avant tout un Chef d'Etat, investi d’une mission vis-à-vis de son peuple. Ses rêves ne sont pas ceux du fellah du Nil, dont les rêves ne transcendent pas son vécu quotidien, sa personnalité ou sa structure psychologique. Le Pharaon est le responsable final du bien être de ses sujets et de la grandeur de son pays, et c’est pour cela qu’il est hanté, non pas par ses rêves, mais par son impossibilité à les traduire en termes politiques, militaires ou économiques.

 

Joseph sait qu’un rêve qui se raconte aussi aisément, fait partie de ceux qui interviennent dans la dernière phase du sommeil. Ces rêves ne sont pas pollués par des interférences gastriques qui pourraient provenir du dernier repas ingurgité. Ils ont par conséquent une probabilité de réalisation supérieure aux rêves qui suivent la phase d’ endormissement ou ceux du milieu de la nuit.

M'est avis que le Pharaon a parfaitement compris le sens du rêve et ne demande qu'à être conforté dans ses intuitions. La meilleure preuve est que lorsque les devins lui apportent des interprétations fantaisistes , il les renvoie à leurs études, parce qu'il sait que ces interprétations ne correspondent pas à la réalité. En fait Pharaon ne cherche pas quelqu'un qui vienne lui interpréter ses rêves, mais une personne assez sage et compétente qui lui apporte une solution au problème qu'ils posent. Et c'est là qu' intervient le génie de Joseph. Avec toute la houtspa (culot) de l'israélien qu'il est, il propose, aussitôt avoir constaté que son interprétation avait satisfait le pharaon, de le nommer à la tête des finances publiques "Que le Pharaon choisisse un homme sage et intelligent et qu'il le prépose au pays d'Egypte". Bien évidemment, il pense à lui, et le Pharaon n'est pas dupe, d'autant plus que Joseph expose dans la foulée au Pharaon la politique économique à mettre en oeuvre.

Pharaon a trouvé chez Joseph à la fois un un psychanalyste qui sait donner du sens aux rêves, un homme courageux qui prend le risque de proposer sa propre candidature aux plus hautes fonctions, de manière fort diplomatique, et un économiste génial capable de résoudre le problème de la famine généralisée qui ne manquera pas de s'abattre non seulement sur l'Egypte mais dans toute la région du Proche-Orient. Quant un Chef d'Etat trouve une telle perle rare, il ne la laisse pas passer.

Aussitôt dit, aussitôt fait, le Pharaon nomme Joseph au poste inespéré de Premier ministre et non seulement au Ministère des finances et à l'économie, comme on aurait pu s'y attendre. Joseph sera le "père nourricier" du peuple.

Les sages nous précisent qu'un des éléments qui avaient guidé Joseph dans son interprétation est le fait que le rêve du Pharaon eut lieu à Roch Hachana, (Talmud Roch Hachana 10 b) ; à savoir le jour où le destin des hommes, mais aussi des nations, est fixé par En Haut. Le Pharaon engage donc non seulement sa petite personne mais le destin de l'Egypte toute entière.


Voyons donc la politique que mena Joseph

Il commença par créer un impôt exceptionnel, qui correspond à 1/5 de la production, pendant les 7 années d'abondance. Chaque fellah devait apporter à Pharaon un cinquième de sa récolte.

En parallèle il abolit provisoirement la liberté de commerce: l'Etat est désormais seul habilité à se porter acquéreur de la production agricole des égyptiens. Par là même il empêche la spéculation sur les denrées alimentaires, qui n'aurait pas manqué de se produire en période d'abondance, et l'inflation en période de disette. Les égyptiens vendent donc toute leur production , soit les 4/5 qui leur restent, après avoir acquitté leurs impôts à l'Etat, à bas prix, puisqu'on est en période d' abondance. L'Etat disposant ainsi de toute la production disponible en Egypte revendra aux égyptiens ce qui leur est nécessaire, en réalisant bien entendu un joli bénéfice au passage. Il est aussi le seul exportateur habilité à vendre aux contrées qui viendront à manquer de farine.

La production agricole d'une région n'est pas éclatée à travers le royaume, mais reste stockée près des lieux de culture; de sorte que les paysans peuvent voir où va leur blé et ne pourront pas soupçonner des fraudes de la part de l'Etat. cette mesure est particulièrement judicieuse, car elle crée un rapport de confiance entre les Pouvoirs publics et les administrés.

Autre innovation majeure: c'est la conservation de denrées agricoles sur plusieurs années. A l'époque les silos réfrigérés n'existant pas, les Sages nous indiquent comment fit Joseph pour conserver des denrées périssables pendant 7 ans ou plus: en ajoutant aux céréales de la terre tirée des champs où elle a poussé. Les céréales stockées non loin du lieu où elles ont été cultivées ne pourriront  pas.

Le système mis au point par joseph fonctionne pendant les sept années  de surproduction. Arrive comme prévu à la période de disette ; les récoltes sont lamentables. L'Etat possédant tout le stock de blé et d'autres aliments vend des produits alimentaires aux habitants moyennant monnaies sonnantes et trébuchantes; mais l'argent vient à manquer, alors les égyptiens vendent leur bétail à l'Etat pour recevoir en échange de la nourriture. Bien sûr, le bétail vient aussi à manquer. il ne leur reste à vendre que leurs terres et leurs personnes physiques. Affamés ils sont obligés de vendre leurs terres à la Couronne. La terre d'Egypte n'appartient plus aux habitants qui la cultivent mais à pharaon. Mais, ayant vendu leurs terres et n'ayant plus à vendre que leur personne, Joseph refuse de les considérer comme de serfs ou des esclaves. Il leur donne des semences et demande en échange que l'impot convenu, du cinquième de leur production, soit remis au Pharaon. Les égyptiens continueront à être des paysans libres, ayant droit à 4/5 de leur production. A signaler que tout au long des siècles et ce, jusqu'à une période récente, les paysans étaient assimilés à des esclaves;le roi ou le Sineur local i prélevait bien plus que la moitié de leur récolte.

Que peut-on retenir de la politique de Joseph en Egypte, qui soit pertinent de nos jours, compte tenu des perspectives sombres de l'économie mondiale ?


Une première leçon que nous donne Joseph est l'anticipation en matière économique. Il sait que c'est en période de prospérité qu'il y a lieu de prévoir les mesures à prendre lorsque la récession économique inéluctable arrivera. La croissance n'est pas éternelle et elle porte en elle les germes de la récession . En fait Joseph a intégré le caractère inéluctable des cycles économiques théorisés quelques milliers d'années après lui par les économistes du XIX e siècle: Expansion, Crise, dépression, reprise inévitable, plus ou moins rapide selon les décisions prise par le pouvoir.

 


Les Gouvernants des Nations ou des grandes Organisations Internationales ont tendance à raisonner à court terme et sont pris de court par des phénomènes qu'ils auraient pu anticiper. Ainsi l'enchérissement des matières premières, et plus spécifiquement des produits agricoles, blé, maïs, riz... était inscrit comme le nez au milieu de la figure de par l'émergence de nouveaux pays consommateurs, des primes accordées aux agriculteurs pour transformer leur champs de maïs à l'usage des hommes en agrocarburant, du non soutien à l'agriculture dans les pays africains


Le renchérissement du blé donne naissance, en Egypte précisément, à une spéculation effrénée, parce que les boulangers détournent le blé subventionné à l'usage du peuple pour le revendre au marché noir, à tous ceux qui ont le moyen d'acheter le pain 10 fois plus cher. Il est intéressant par ailleurs de constater que les habitudes alimentaires n'ont pas changé en Egypte depuis le temps de Joseph: les égyptiens sont depuis les temps bibliques les plus gros consommateurs de la planète de pain. Ce n'est en effet pas un "hasard"  si dans le rêve de Pharaon il est question d'épis de blés, gras puis maigres, et qu'aujourd'hui, les égyptiens descendent dans la rue pour réclamer du pain, et que Moubarak ne trouve rien de meieux à faire que d'envoyer la troupe pour calmer les émeutes.

Si Joseph n'avait pas anticipé la disette, avant même la phase de croissance , et constitué des stocks, les égyptiens de l'époque, auraient renversé le pouvoir pharaonique, qui n'était pas en mesure de les nourrir. Et l'histoire de l'Humanité aurait été décrite autrement.

Une autre leçon donnée par Joseph c'est l'établissement de la confiance entre gouvernants et gouvernés. En faisant acheter par l'Etat tout le stock de blé des paysans égyptiens, il prend soin de l'entreposer près des lieux où il a été cultivé. Il aurait aussi pu bâtir quelques silos gigantesques et y stocker les grains. C'eut été sans doute moins cher. Au lieu de cela il ne fait pas voyager les matières premières agricoles, mais prend soin de les entreposer là où les cultivateurs pourront les voir. Le blé n'appartient plus au fellah, mais il sait qu'il est là, visible, et que le Pharaon ne l'a pas utilisé pour s'enrichir personnellement. Que l'Etat ne se livre pas à des spéculations insensées ou exporte vers des pays lointains où on perd sa trace.

La proximité entre le travailleur et les Pouvoirs publics serait aussi un bon exemple à méditer à l'ère de la mondialisation, de la spéculation et de la primauté de la finance la production. Si Joseph avait fait voyager les matières premières, à l'insu de la population, comme il en avait le droit, les fellah égyptiens seraient descendus dans la rue pour s'enquérir de la destination de leur blé. Et le Gouverneur local n'aurait pas pu ou su que leur répondre. Si de nos jours, il y avait une plus grande transparence entre le produit fini, sa provenance et sa destination, les consommateurs, les ouvriers et les paysans seraient certainement moins angoissés.

Joseph nous donne une leçon de démocratie directe où les citoyens et les travailleurs ne sont pas mis au rencart et sont honnêtement informés sur les agissements des pouvoirs publics.


L'Egypte de l'époque peut être considérée comme le réservoir à blé du monde connu. De sa prospérité dépendait la survie de tous les peuples environnants. Le système mis en place par Joseph a valeur d'un modèle macro économique, applicable de nos jours. Il pourrait faire penser à une soviétisation des l'économie, mais ce n'est pas le cas, car les paysans conservent l'essentiel du produit de leur labeur, même s'ils ne peuvent disposer à leur gré de la terre. Par ailleurs la privatisation du sol a été passagère, n'intervenant qu'en période de crise majeure.


Le système mis en place par Joseph a permis d'éviter la spéculation sauvage, l'inflation galopante, la mondialisation incompréhensible et inhumaine et surtout ....la faim, qui est la plus grande menace qui guette aujourd'hui plus d'un milliard
d'individus.


Et le plus étonnant de l'histoire, c'est qu'à la mort de Joseph, se leva un Pharaon qui n'a jamais entendu parler de lui, et de son génie. Mais ça c'est une autre histoire, qui nous parle de l'amnésie des puissnts de ce monde lorqu'il s'agit de reconnaître l'apport des juifs à l'Humanité.

 


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Tres bel article.<br /> Veuillez svp donner les sources des informations contenues dans celle ci.<br /> En l'occurrence la technique de conservation des denrées pas Joseph dans tout le pays d'Égypte
Répondre