Pourquoi Obama a une chance de changer la donne au Moyen-Orient ?

Publié le par Arié

La réponse à cette question pourrait s'inscrire au regard des prophéties bibliques.

Nous avons vu, dans d'autres articles, que Noé eut trois fils: le Chaud, le Nom et le Beau ('Ham, Chém et Yaphét), et que ces trois fils , seuls rescapés au Déluge, vont donner naissance à l'humanité toute entière. Chacun des trois fils porte en son nom son propre destin historique; une sorte de fatalité, qu'en principe, il n'est pas en mesure de renverser.


Ainsi Chém donne naissance aux peuples monothéistes, pour qui le Nom et la croyance en D. prime sur le reste.

Yafét, le Beau, engendrera les civilisations artistico intellectuelles: Grèce, Rome, Occident éclairé.

'Ham, le Chaud, qui donne naissance aussi bien à Canaan, lire cannanéo-palestinien et à Kouch, le Noir africain, enfante les civilisations "HOT".

 


Dans la Genèse il est écrit que Canaan, fils de 'Ham sera l'esclave de ses frères et de ses oncles. Jusque là, la prophétie biblique a parfaitement correspondu à la réalité, dans la mesure où les Cananéens, et plus encore, les Noirs, ont subi le joug de toutes les civilisations dites éclairées: grecques, romaines, occidentales, arabes...

Or voici que depuis quelques années, la prophétie ou la fatalité du Noir assujetti, chancelle sous la réalité, et qu'apparaît un bonhomme nommé Obama, qui de fait, est inclassable.


Inclassable, parce qu'Obama est indiscutablement métis, mais aussi un pur produit de l'Establishment occidental: Harvard, issu d'un père africain éclairé et musulman, et d'une mère blanche, américaine et chrétienne, et qu'en plus, il se réclame à la fois du christianisme et d'une ascendance islamique; n'a t-il pas insisté pour que Hussein soit accolé à Barak dans son serment.


Barak Hussein Obama porte en lui les gènes des trois fils de Noé: le Beau, le Chaud et le Nom. Problème, mais peut-être aussi espoir. 


Problème, car du fait qu'il soit inclassable dans telle ou telle catégorie et qu'il n'obéisse à aucun des trois destins, si ce n'est aux trois à la fois, il échappe à la fatalité - certains diraient à la malédiction – qui s'applique aux fils de Noé.


Certains commentateurs expliquent qu'il ne faut pas prendre les choses à la lettre, c'est à dire en termes géopolitiques, et qu'en fait, la beauté-intellect (Yafét), l'impulsivité ('Ham) et la recherche de l'Absolu (Chém), ne sont en fait qu'une quête  qui concerne chaque individu.

Il n'empêche qu'Obama a un pied dans chacune de ces trois catégories, ce qui le rend à même de peser sur les trois.


Ceci a pour conséquence que le conflit du Proche-Orient qui oppose les trois rejetons de Noé, et en particulier les deux qui se réclament de Chém, à savoir le Juif et le Musulman, pourrait (conditionnel) trouver une issue, si un homme de pouvoir tri-jambiste s'en occupait. CQFD


Encore faudrait-il qu'il le fasse avec SéKhél, que l'on pourrait traduire par tête claire et intelligence, et que l'on ne lui mette pas trop de batons dans les roues. Sur ce point , je n'ai pas de réponse, parce que, outre sa façon d'aborder ces problèmes, des résistances fortes existent sur le terrain. Ces résistances visent à compartimenter les trois fils de Noé; chacun à sa place, et les chèvres seront bien gardées.

Il n'empêche que si un homme est capable de faire avancer le shmilblic moyen-oriental, c'est bien le nouveau boss, parce qu'il est en train de faire mentir la prophétie.


Faire mentir la prophétie, ne signifie pas que ce qui est écrit dans la Torah n'est pas intemporel, mais qu'il est toujours possible d'échapper à son destin. Autrement dit, à l'inverse de la croyance musulmane que tout est écrit, Méktoub, du verbe Liktov (écrire), tout est possible dans le judaïsme, à la condition de rester dans le Tsédék, dans ce qui est juste. Ce n'est par pour rien qu'un non juif qui se convertit au judaïsme est appelé Guér Tséddék.

La spécificité d'Obama est qu'il est théoriquement en mesure de puiser chez les trois fils de Noé ce qui s'apparente au Tséddék: une dominante spirituelle qui vient de Chém, la logique et le pragmatisme puisés chez le père de la philosophie grecque (Yafét) et la vitalité et l'enthousiasme de 'Ham.

Je dis bien théoriquement, car rien ne garantit qu'il aura cette force et cette sagesse. Ainsi, s'il s'avise de promouvoir à tout prix la création d'un Etat palestinien, je considérerais qu'il fait fausse route, et que l'une des composantes lui fait défaut. Si par contre, il oeuvre pour une paix durable entre Israël et ses voisins, il sera dans le juste. De là à réussir, c'est une autre affaire. Car il se heurtera immanquablement à ce qu'il y a de plus obscur et de plus rétrograde chez l'un des deux descendants de Chém, à savoir Ismaël. Donc, pour qu'Obama ait une chance, même infime, de faire avancer le dossier, il faut qu'Ismaël fasse le ménage devant sa porte, en balayant le Hamas, le Hézbollah et autres Ahmadinejad.

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article