5770, sera t-elle aussi l'année d'une l'attaque israélienne sur l'Iran.

Publié le par Arié


Suite à mon article précédent, j'ai poursuivi mes recherches parmi les Commentateurs; en effet le mot PARATSTA, soit "attaquer" continuait à me poser problème. En fait, ce n'est pas tant le mot que les directions cardinales annoncées; à quoi se rapportent-elles ? La postérité de Jacob était censée, au dire d'Onquélos, se faire sa place au soleil en attaquant aux quatre vents. Or on sait que Jacob a fait son rêve de l'échelle dans un lieu qu'il a baptisé Beit El . La plupart des commentateurs s'accordent à dire que Beit El c'est le mont Moriah, autrement dit l'endroit précis où sera construit le Temple. Pour faire simple; disons que Jacob fait son rêve à Jérusalem. Du haut de l'échelle, D. s'adresse à lui et lui dit que sa descendance qui sera nombreuse comme la poussière de la terre, devra attaquer tous azimuts pour se faire sa place au soleil. Certains commentateurs dont le Malbim (Meir Loeb Ben Jechiel Weisser, 1809–1879) nous disent, qu'en fait les quatre directions cardinales se rapportent aux combats que livrera Josué pour s'appproprier la Terre promise. Dans le commentaire du Malbim, il s'agit donc de la guerre que livreront les Hébreux aux Cananéens - lire les Palestiniens, pour faire moderne - qui s'étaient approprié le sol promis à Abraham et Isaac pour leur postérité. Sachant que jacob, lui, fondera une famille composée uniquement d'Hébreux ( les Douze Tribus), c'était à lui et à ses descendants de mener ce combat. Malbim continue, et nous explique même l'ordre chronologique des conquêtes: Josué a d'abord conquis la partie sud en commençant par la côte et en se dirigeant vers l'est, puis il a poursuivi, en s'attaquant au nord et en poursuivant vers le sud. Il ne s'agit plus là de dispersion parmi les Nations mais de guerre de conquête en terre d'Israël; autre nom que reçut Jacob.

La stratégie militaire mise en oeuvre par Josué, ressemble étrangement aux guerres que livra Israël, lors de la guerre d'indépendance en 1948, puis à la guerre de Six Jours. Ce qui est particulièrement digne d'intérêt dans ce commentaire, qui reprend exactement l'ordre chronologique mentionné dans la Torah, est que la guerre commence par la conquête des rivages de la Méditerranée (l'actuel Hamas-land), puis s'étend en direction du soleil levant, autrement dit vers la Cisjordanie ou, "les Territoires occupé", comme aiment à écrire les journalistes bon teint, où sévit le sieur Mahmoud Abbas. Mais si on continue toujours dans la même direction cardinale on arrive jusqu'en Iran. Est-ce à dire qu'Israël ira jusqu'à s 'en prendre à la Perse? C'est ce que pense en tout cas le Canard Enchaîné de cette semaine qui titre: "Les Israéliens veulent bombarder l'Iran".

Le Canard, généralement bien informé, nous dit: que l'on pourrait assister "à une nouvelle incursion à Gaza (sud-ouest), afin de s'en prendre au potentiel militaire du Hamas, et une contre le Hezbollah libanais (nord), très lié à l'Iran. Mais que Mais, tout d'abord Israël procédera à "un ou plusieurs raids aériens sur un site nucléaire iranien (est), après décembre 2009 et les négociations que veut ouvrir Obama avec les dirigeants de Téheran". Et voilà qu'à nouveau on retrouve le mot TITKOF ou "attaque", associé aux quatre directions cardinales citées dans la Bible. Dans le même article, le Canard nous révèle que "les réservistes israéliens séjournant à l'étranger ont été invités à rejoindre leurs unités entre novembre et décembre" et que "des rations destinées à leurs forces spéciales ont été commandées par l'armée israélienne à des fournisseurs français" ( cacher, j'espère).

Quel salamalec, on ne s'y retrouve plus: est-ce de la Bible, est-ce de l'Actualité ? Qu'est-ce qu'il nous bassine Arié avec ces amalgames ? Et tout ça parce qu'un commentateur, dit Onkélos, traduit, à sa sauce, un mot de la Torah en araméen. Il est certain que ceux qui consultent les traductions rabbiniques de la Torah - ce qui est déjà pas mal, ça prouve que ça les intéresse – n'auraient jamais soupçonné "ces élucubrations". A ceux là je réponds qu'Onkélos n'était pas n'importe qui. On nous dit même que c'était le neveu de Titus; vous savez cet empereur romain qui au passage, a détruit de fond en comble le Temple de Jérusalem. Onkélos, lui, a décidé de se convertir au judaïsme. Son Targoum (traduction/commentaire) est imprimé en marge de toutes les éditions standard de la Torah. Rashi, Maïmonide et bien d'autres considèrent que que cette traduction est indispensable à la compréhension des Textes. Alors, je ne fais que me plier à une tradition bi-millénaire, partant du principe que si des  millions de juifs, dont les plus éminents, ont considéré qu'Onkélos c'était la crème de la crème, qui suis-je pour dire le contraire ? Dans la mesure où la Torah est intemporelle et que Malbim rapporte le cas de Josué qui a mené ses guerres de conquête quelque 350 ans après le rêve de Jacob à Jérusalem, rien n'interdit de faire un bond dans le temps pour retrouver des situations similaires, à quelqu'époque que ce soit. Donc il ne s'agit en aucune sorte de salamalecs (mot d'origine arabe, je vous le signale au passage, qui signifie "que le Salam/Chalom soit sur toi") mais d'un décryptage autorisé, voir indispensable pour comprendre un peu mieux ce qui se passe de nos jours.







 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article